USA IMMO CLE

Mercredi à New York, Michelin a dévoilé la liste des restaurants qu’il couronnait d’étoile(s) pour l’édition 2016 de son guide culinaire, une semaine après avoir officialisé les Bibs gourmands. Plusieurs tables tenues par chefs français sont une nouvelle fois reconnues.

Chef Eric Ripert, habitué du Michelin !

Sur le profil public Facebook d’Eric Ripert mercredi, on voyait le chef, en costume noir et sac-à-dos se faire arroser de champagne à l’entrée de la table Le Bernardin.

Pourquoi ? Son équipe venait d’apprendre le matin-même que le restaurant dans lequel il officie depuis 1991 venait d’être de nouveau étoilé de trois macarons par l’édition new-yorkaise du Michelin. Une surprise ? Pas vraiment.

Depuis près de onze ans, date du lancement du premier guide Michelin, Eric Ripert truste le groupe des six restaurants aux 3 étoiles, ceux qui proposent la crème de la crème en matière de gastronomie à New York. Avec lui, on retrouve Jean-Georges Vongerichten, un Français originaire d’Alsace, à la tête d’un petit empire, dont la table gastronomique, au 1 Central Park West, résonne tout simplement à son prénom.

Lire l’article Moins de sel dans les assiettes new-yorkaises

 

Les Français trustent les 3 étoiles

Et puis, il y a bien sûr Thomas Keller, le plus francophile des chefs américains élevé au rang de chevalier de la Légion d’honneur en 2011, dans son grand restaurant Per Se (au Time Warner Center), par Paul Bocuse, le Pape de la cuisine française. Les trois autres du club des six trois étoiles à New York qui méritent, selon la formule consacrée du Michelin, « un voyage pour leur cuisine exceptionnelle » sont :

  • Chef’s Table à Brooklyn, par César Ramirez
  • Eleven Madison Park, par Daniel Humm
  • Masa, par Masa Takayama

The Modern, la table aux deux étoiles du MoMA

Ayant perdu un macaron l’année dernière, le chef Lyonnais Daniel Boulud fait figure de proue dans la catégorie des toques aux deux étoiles, pour sa table éponyme dans l’Upper East Side qui a rendu hommage à Paul Bocuse lors du dernier Best of France.

A noter cette année, l’arrivée à ses côtés de The Modern, le restaurant du MoMA, le musée d’art moderne, sous la direction du chef Abram Bissell. Au total, 10 tables sont référencées dans cette catégorie.

 

Des petits nouveaux déjà remarqués par le Michelin

L’édition 2016 accueille enfin 10 nouvelles entrées dans les pages réservées aux restaurants une étoile :

The team celebrating two Michelin stars! Cheers to everyone @themodernnyc! #michelinguide2016 #teameffort (PC:@sabato3)

Une photo publiée par THE MODERN (@themodernnyc) le

  • Café Boulud.
  • Gabriel Kreuther, chef de l’Est de la France qui a ouvert un établissement du même nom au printemps dernier à Midtown.
  • A noter également, l’arrivée de Rebelle, né en mai dernier.
  • Le chef Daniel Eddy, formé chez un autre concitoyen Daniel Rose, à la tête du créatif Spring à Paris, a su convaincre les inspecteurs du guide Michelin.

 

Bibs gourmands : un bonhomme Michelin avant l’étoile

La semaine dernière, le guide Michelin avait déjà distribué ses fameux Bibs gourmands à l’image du célèbre emblème du groupe clermontois. Le bonhomme Michelin est désormais également le symbole des restaurants qui gagnent à être connus sans encore faire partie des étoilés.

Tarif : 18,99 $.

Site web : www.michelinmedia.com

USA  IMMO Floride