USA  IMMO Floride

Charlie Parker et Thelonious Monk s’attristeraient sans doute aujourd’hui de constater la fermeture année après année des clubs de jazz historiques de New York. Mais il reste encore de très bonnes adresses pour écouter des bœufs de jazz.

Le plus connu, Le Blue Note Jazz Club

Ouvert en 1981, le Blue Note est devenu en quelques années le club de jazz incontournable de la ville. Avec ses bons et mauvais côtés. Commençons par le positif : des groupes toujours talentueux et des grands noms (pour ceux aiment le jazz) qui se succèdent dans l’intimité de cette petite salle. Qui dit succès, dit prix pas toujours très raisonnables et obligation de réserver plusieurs jours voire semaines à l’avance. Alors mieux vaut prendre des places dès la confirmation de vos dates de voyages !

http://www.bluenote.net/newyork/index.shtml

Le moins cher, Cleopatra’s Needle

Il n’est pas toujours facile de trouver une table dans les plus célèbres clubs de jazz de New York, qui se font de plus en plus rares. Encore moins si vous ne souhaitez pas payer $30 pour une demi-heure de jazz. Pour les petits budgets, MyFrenchCity conseille Cleopatra’s Needle, un restaurant grec de l’Upper West Side, qui propose un live de jazz tous les soirs. Aucun prix à l’entrée, vous payerez seulement ce qu’il y a dans votre assiette.

http://www.cleopatrasneedleny.com

Le plus jeune, Fat Cat

Le West Village abrite ce bien drôle d’endroit, un bar en sous-sol qui est à la fois un club de jazz et un haut-lieu du ping-pong ! Situé à quelques blocks de l’université NYU, Fat Cat est fréquenté par de très nombreux étudiants. Mieux vaut aller au Fat Cat en semaine pour avoir une chance d’écouter du jazz assis. Le prix d’entrée ne dépasse jamais les $10.

http://www.fatcatmusic.org

Le plus classe, Jazz à Lincoln Center

Jazz avec vue. C’est dans la magnifique salle de l’Allen Room, qui surplombe Broadway et Central Park, que se produisent de jeunes talents du jazz et des noms reconnus.

http://www.jazz.org

L’historique, Bill’s Place

Rares sont les clubs de jazz des années 20 à avoir résisté à la gentrification de la ville et l’explosion des loyers. Pour ressentir, l’histoire du jazz à New York, c’est évidemment à Harlem qu’il faut se rendre. Les musiciens qui animent les soirées de Bill’s Place marchent sur les traces de Duke Ellington et Billie Holiday qui s’y sont produits par le passé.

Guide MFC