investir1

A New York, si les filles changent leurs talons aiguilles pour des baskets une fois leur journée de travail terminée, ce n’est pas forcément pour aller faire un jogging à Central Park. Parce que dans la Grosse Pomme, contrairement au reste des USA, on marche pour se déplacer. Avec un métro ultra pratique qui fonctionne 24 heures sur 24 et des bus qui traversent les cinq boroughs de la ville, il est parfois plus facile d’opter pour les transports en commun climatisés que les taxis jaunes. A moins que les plus courageux ne préfèrent le vélo. Voici notre guide des transports à New York !

Bus et métro : grand classique des transports à New York

  • La MTA

A New York, tous les transports publics sont gérés par la MTA, la Metropolitan Transportation Authority. Le subway new-yorkais, ou métro, est le moyen de transport le plus utilisé dans la mégalopole new-yorkaise. Il est composé de 25 lignes, identifiables par des couleurs et dont les noms sont soit des chiffres (de 1 à 7) soit des lettres (de A à Z avec certaines lettres manquantes).

Ces lignes desservent les 5 boroughs de la ville. Attention : certains trains, autre nom donné au métro, fonctionnent de manière « local » et s’arrêtent à toutes les stations, ou « express » et en sautent certaines. Exemple : la ligne 7 qui relie Times Square (Manhattan) à Flushing dans (le Queens), est « express » identifiée avec un rectangle rouge aux heures de pointe, et avec un rond vert, donc « local » le reste du temps. Il faut donc bien regarder la destination finale de la ligne, ainsi que sa fréquence d’arrêt.

  • Les bus

Chacun des quartiers de la ville dispose également d’une flotte de bus. Leur nom débute toujours par une ou deux lettres du borough auquel ils sont assignés (B pour Brooklyn, BX pour le Bronx, M pour Manhattan, Q pour le Queens, et SI pour Staten Island), et se termine par un chiffre (exemple : le Q60 travers le Queens d’est en ouest). Compte-tenu de l’important trafic routier, ils mettent beaucoup plus de temps que le métro à circuler d’un point à un autre et s’arrêtent très souvent. Ils constituent donc un bon moyen, peu onéreux de visiter la ville.

  • Prix d’une MetroCard

A noter que la MetroCard, la carte de métro est la même pour les bus. Le trajet coûte 2.75 dollars. Des cartes sont disponibles pour 7 jours illimités (31 dollars) ou 30 jours illimités (116 dollars) et un dollar est à rajouter pour l’achat d’un nouveau pass. Presque toutes les stations de métro possèdent des distributeurs automatiques de cartes de métro, contrairement aux arrêts de bus qui n’en n’ont pas. Cependant aux guichets souvent ouverts 24 heures sur 24 heures, il est seulement possible d’acheter son pass avec de l’argent liquide.

http://www.mta.info/

Le taxi

  • Yellow Cab

Qui n’a jamais de rêvé de héler un taxi à New York ? Iconiques par leur couleur jaune, c’est un moyen assez agréable de se déplacer. Une fois dans le taxi, il est d’usage d’indiquer au chauffeur l’intersection la plus proche de l’adresse (exemple : Lexington Avenue et 56th Street) et non pas l’adresse postale. Une fois à bord, vérifiez que le compteur a bien été remis à zéro.

  • Tarifs

Il vous en coûtera environ 2,50 $ à la prise en charge,  0,50$ pour chaque block passé et chaque minute d’attente. A noter qu’à certains moments de la journée, une taxe est ajoutée. C’est le cas entre 16 à 20 heures, du lundi au vendredi (1$ de plus) et, de 20 à 6 heures du matin (0,50$) toute la semaine.  Sachez qu’il est possible de payer à la fois en liquide mais aussi par carte bleue.  Il est de bon ton de laisser au chauffeur un pourboire correspondant à 15% à 20% du montant de la course, selon la qualité de cette dernière. S’ils s’arrêtent assez souvent, il faudra par contre ne pas perdre patience les jours de pluie, où il est presque impossible de trouver un yellow cab avec un lumineux allumé, signifiant qu’il est libre.

  • Pour votre sécurité

Dans tous les cas, n’oubliez pas de boucler votre ceinture, la manière de conduire des New-Yorkais, l’état de la route ainsi que les conditions climatiques, parfois extrêmes, peuvent rendre parfois le trajet un peu dangereux. En cas de problème, prenez le nom du conducteur qui se trouve sur un médaillon derrière son siège. Et n’hésitez pas à entamer une conversation : la majorité des drivers new-yorkais sont souvent très ouverts à la discussion, notamment avec les touristes. Et il n’est pas rare qu’ils vous répondent en français, surtout s’ils sont originaires d’Haïti ou des pays d’Afrique francophone !

  • Boro Cabs

Depuis l’été 2013, il existe aussi des taxis couleur vert pomme qui proposent un service pour les clients dont le point de départ se situe à Harlem, au nord de Manhattan (au-dessus de la 96e Rue à l’est et de la 110e Rue à l’ouest) ou dans le Bronx, le Queens et Brooklyn. Ces boro cabs permettent de desservir les quartiers excentrés et fonctionnent comme les taxis jaunes puisqu’ils dépendent aussi de la NYC Taxi & Limousine Commission.

http://www.nyc.gov/html/tlc/html/home/home.shtml

Le ferry de Staten Island

20 millions de passagers utilisent chaque année ce ferry de couleur orange entre Manhattan et Staten Island, à raison de 104 traversées par jour. Comptez environ 25 minutes pour parcourir les 8.4 kilomètres qui séparent les deux boroughs. Le service, qui fonctionne tous les jours de l’année, 24 heures sur 24, est gratuit. C’est aussi un très bon plan pour profiter de la skyline new-yorkaise et de voir la Statue de la Liberté sans payer.

Pour embarquer, rendez-vous au St. George Ferry Terminal (1 Bay Street, Staten Island) ou au Whitehall Terminal (4 South Street, Manhattan).

www.nyc.gov/html/dot/html/ferrybus/staten-island-ferry.shtml

Le téléphérique de Roosevelt Island

Cocorico ! Le Roosevelt Island Tramway qui relie Roosevelt Island, sur l’East River, à Manhattan est français. Tout du moins, depuis 2011, quand l’entreprise Poma, basée en Isère, a inauguré sa remise en service. Les cabines avaient été créées en 1976, construites par une société suisse de façon temporaire dans la perspective de l’ouverture de la station de métro de Roosevelt Island (ligne F). Mais face à sa grande popularité, il fut conservé.

Après un grave incident technique en 2006 où 69 personnes sont restées coincées pendant 7 heures, il avait été décidé de procéder au remplacement de ce téléphérique. Aujourd’hui, il faut quatre minutes pour faire le trajet pour le prix d’un ticket de métro MTA.

Pour monter, rendez-vous à Tram Plaza, au coin de la 60e Rue et de la 2ème Avenue, depuis Manhattan. La montée dans les tramways se fait depuis le centre de l’île de Roosevelt Island.

Les Citi Bikes

Depuis deux ans, la ville propose aussi la location de vélo grâce aux Citi Bikes. 330 stations sont dispersées dans le sud de Manhattan et dans le nord de Brooklyn. Pour louer un deux roues, c’est très simple : vous pouvez soit acheter un pass de 24 heures (9.95$) ou 7 jours (25$) illimités. Une caution de 101$ sera prise sur votre carte de débit ou de crédit. Attention cependant, votre voyage ne doit pas dépasser 30 minutes. Après ça, il vous faut poser le vélo, changer de vélo ou payer 4 dollars pour rouler 30 minutes supplémentaires, 9 dollars jusqu’à une heure en plus et, douze dollars toutes les 30 minutes après les deux premières heures.

Pour ceux qui n’ont pas peur de pédaler sous la pluie ou la neige, un abonnement à l’année est même proposé, pour 149$ mais uniquement via le site Internet. Dans tous les cas, n’oubliez pas votre casque. Les pistes cyclables sont encore peu nombreuses à New York et il faut souvent partager la route avec les nombreuses voitures et autres camions qui roulent dans la ville.

https://www.citibikenyc.com

USA  IMMO Floride