investir1

MyFrenchCity a eu le plaisir d’accueillir dans ses bureaux, Nathalie Ponak, fondatrice et présidente de Planet College Consulting. Une entrevue lors de laquelle nous l’avons interrogée sur son activité de coach scolaire. Elle en a profité pour nous dévoiler les méandres du système universitaire américain. Système qu’il est primordial de comprendre lorsque l’on a des enfants qui désirent poursuivre leurs études aux États-Unis ou au Canada.

Le site de Planet College Consulting

Lire également « Athlètes : notre guide du recrutement en université US »

MFC : Comment avez-vous fondé Planet College Consulting, à partir de quel constat ?

Nathalie Ponak : Planet College Consulting est né de la complexité du système universitaire américain. Les dossiers sont de véritables puzzles, difficiles à constituer et ce, surtout pour des parents étrangers qui ignorent eux-mêmes le fonctionnement administratif universitaire aux États-Unis. Cela, d’autant plus que ce système s’est complexifié avec le temps et que la sélectivité est encore plus grande. Ayant moi-même été confrontée au problème avec mes enfants, j’ai voulu comprendre tous les méandres de l’organisation américaine, et ai donc effectué un important travail de recherche. C’est finalement face à la très forte demande d’informations et d’accompagnement des parents dans la constitution des dossiers, que m’est venue l’idée de créer mon cabinet de conseils.

Notre cabinet offre des services pour les Etats-Unis et le Canada. Le Canada, et le Québec en particulier, occupent en effet une place privilégiée pour les Français et francophones, en raison de la langue bien sûr, mais aussi parce qu’il y existe des accords franco-canadiens concernant les universités.Ces accords permettent ainsi aux étudiants français de ne pas débourser plus que les étudiants canadiens pour effectuer leur cursus (de l’ordre de $8,000 par an).

Cela constitue donc une opportunité très intéressante pour les étudiants français voulant bénéficier de l’excellence de formations canadiennes.

« Ce ne sont donc pas uniquement les performances académiques de l’élève qui sont évaluées, mais également  toutes ses activités extrascolaires »

A quel type d’étudiants s’adresse Planet College Consulting ?

Planet College Consulting accompagne principalement des étudiants dont les parents ont fait leurs études en université américaine ou à l’étranger.

Nous avons donc des étudiants français, mais aussi argentins, espagnol et d’autres pays basés à Miami. Pour les étudiants qui résident hors des Etats-Unis, nous les accompagnons par Skype. Il s’agit, pour la plupart, d’élèves au lycée. Car c’est à ce moment que les conseils en orientation vont être les plus décisifs. Souvent ce sont des élèves d’écoles publiques que nous suivons, car dans les écoles privées les conseillers sont très présents. Leur assistance fait partie des services inclus dans le prix élevé de l’inscription dans le privé, et qu’il n’y a donc pas dans le public.

Quelles sont les spécificités du système scolaire américain ?

Le système américain est très particulier et profondément différent de ceux que l’on peut trouver en Europe, Amérique Latine et même au Canada. Beaucoup d’universités américaines ont une approche dite holistique ou globale de la personnalité de l’élève. Ce ne sont donc pas uniquement les performances académiques de l’élève qui sont évaluées, mais également  toutes ses activités extrascolaires, qu’elles soient artistiques, sportives, associatives, familiales. Aussi, ils ont un questionnaire à remplir beaucoup plus développé qu’un CV par exemple, et dans lequel ils détaillent toutes leurs activités des quatre dernières années. Il est important de savoir que tous les bulletins depuis la troisième sont analysés, mais aussi les activités extrascolaires lors des candidatures aux universités.

Quelles stratégies utilisez-vous pour préparer l’avenir universitaire des candidats que vous accompagnez ?

Nous nous plaçons dans la peau de la commission d’admission et, partant de là, nous essayons de mettre en place des stratégies de concert avec l’élève. Nous étudions ensemble ses objectifs et mettons en place des stratégies de coaching, d’activités adéquates, afin de leur permettre d’atteindre leurs objectifs. En terminale, nous guidons et assistons les élèves dans les procédures et démarches de candidatures (mise en place des dossiers et rédaction des essais d’admission…).

Il faut savoir qu’ici, un élève de terminale va poser entre 8 et 15 candidatures auprès d’établissements universitaires américains. Les dossiers diffèrent entre chaque université, car chacune comporte ses propres exigences. Notre travail consiste donc également à permettre aux élèves de savoir gérer leur temps. A leur apprendre à savoir s’organiser. Nous faisons ainsi beaucoup de coaching et de soutien moral (face aux refus potentiels des universités, et aux choix qu’ils doivent faire).

 

« Aux États-Unis, l’année de Terminale n’est pas la plus importante, mais plutôt la Première, car les notes s’arrêtent en fin de Première »

Quels conseils donneriez-vous à un élève de première souhaitant intégrer une université américaine ?

Il faut à la fois être très bon dans un domaine, activité sportive artistique ou autre, mais cela n’est pas suffisant. Il faut aussi un peu d’autre chose. L’optimisation des chances d’intégrer une grande université américaine demande en vérité une implication de toute la famille, qui n’est pas nécessairement habituelle pour nous autres Français et Européens en général.

Ce qui est intéressant de faire est de valoriser la spécificité de chaque élève, et de mettre en valeur ce qui les intéresse, quel que soit le domaine. Pour exemple, un élève pourra exploiter son goût pour les jeux vidéo à travers la mise en place d’un blog lui  permettant de se différencier des autres et d’être repéré par une université US. Ceci, tout en restant dans le domaine d’intérêt de l’élève. La démarche est très différente de l’Europe, puisqu’elle valorise plusieurs aspects de la personnalité de l’élève.

Les candidatures pour les universités nord-américaines exigent le respect d’un calendrier très précis. Quel est-il ?

Aux Etats-Unis, l’année de Terminale n’est pas la plus importante, mais plutôt la Première, car les notes s’arrêtent en fin de Première. Ce sont les notes de la Troisième à la Première qui seront étudiées par les universités.

La première est l’année où ils finalisent leurs activités extrascolaires, et c’est aussi l’année où ils préparent les examens SAT et SET.

Cette année est par conséquent charnière et les élèves, avec tout ce qu’ils ont à préparer en plus de leur cursus scolaire, sont souvent débordés. Nous cherchons donc à éviter ce stress en les épaulant durant cette période.

« Les frais sont différents en fonction du type d’université »

Le facteur financier est-il un frein à la poursuite d’études aux Etats-Unis?

L’aspect financier est clé car les universités américaines sont très chères. Il faut savoir qu’il existe deux types d’universités aux USA. Les universités privées, et les universités publiques. Les frais sont très différents en fonction du type d’université. Ce d’autant plus que les frais de scolarité des universités publiques sont fonction du fait de résider ou non dans l’état de l’université. Par exemple, l’Université de Floride, qui est la meilleure université publique de Floride, coûte $6,000 par an pour un résident de l’état, alors que l’Université de Miami, privée, coûte $45,000 par an.

Il existe de nombreuses aides financières pour les élèves aux ressources faibles, mais pour en bénéficier il faut être citoyen américain ou résident permanent. Pour les autres, il existe certaines aides aux mérites, qui sont offertes par les universités privées.

En raison des frais universitaires élevés, on recommande aux parents, dès l’année de seconde, de se renseigner sur les universités, leurs coûts et de déterminer s’ils peuvent prétendre ou non à des bourses.

Les tests du SAT et de l’ACT sont décisifs pour le parcours universitaire de nos enfants, en quoi consistent-ils exactement ?

Ces deux tests, qui sont relativement équivalents, ne sont pas des examens à l’image du baccalauréat, mais constituent d’avantage des tests d’aptitude. Les élèves les passent de manière autonome, puisqu’ils ne sont pas organisés par les écoles. Il faut en effet s’inscrire pour les passer. Les universités étudient le résultat de ces tests afin d’évaluer des aspects précis du profil de l’élève. Le SAT et l’ACT permettent aussi aux universités de comparer les niveaux des élèves sur la base d’un test commun. A l’heure actuelle, il n’existe en effet aucun examen de fin de secondaire, commun à tous les lycées et tous les états, qui permette de déterminer le niveau des élèves venant d’un lycée ou d’un autre. C’est donc aussi sur le SAT et l’ACT que se basent les établissements du supérieur pour connaitre les niveaux réels des étudiants.

Retrouvez toutes les informations nécessaires pour permettre à votre enfant de réussir son cursus aux Etats-Unis  à travers les  vidéos de Nathalie Ponak :

Guide MFC