Michel Mieze1

La vérité si je mens parodiait il y a quelques années le jeu de la séduction made in US du”dating. “Les Ricains, leur kiff c’est les dates. Un date avec gonzesse !”

Mais que sont ces dates et à quoi consistent-ils? MyFrenchCity est partie interroger trois jeunes miamiens à ce sujet. Un entretien cash et sans faux–semblants !

Le date, l’art de l’approche amoureuse ?

Le date, une approche en 3 temps

Le date, comme nous l’explique Mathew, floridien de 25 ans est un rencard. “Techniquement la date se fait en 3 “ temps”, c’est-à-dire en 3 rendez-vous. Au bout de 3 dates, soit tu couches soit tu laisses tomber “.

Aux USA “faire la cour” prend des airs de stratégie militaire . “Cela dépend de l’épaisseur de ton portefeuille. Si tu épates la jeune- fille dès le premier rendez-vous avec un beau coupé sport ou un super restau, tu pourras sûrement sauter l’une des étapes. Sinon, retour à la case départ”.

Jeu de l’oie amoureux, cérémonial codifié basé autour de la rencontre, le date ne laisse plus grande place à l’improvisation ni à la magie.

Selon Herman, originaire de Côte d’Ivoire et installé en Floride, le date est un rendez-vous galant mais aussi le fait de sortir avec une jeune- fille sans qu’elle n’ait acquis le statut de girlfriend. “Have been dating this girl for three months” veut bien dire que je suis sortie avec elle, une “petite histoire” nous explique-t-il, “mais rien qui vaille le nom de relation amoureuse”. Ici, la patience est donc mère de sûreté…

Le date, le parcours du combattant amoureux

 Pragmatique, Mathew nous donne le tempo de cette pratique amoureuse made in US:

  1. Date n° 1: “l’inviter à boire un verre afin de “tâter le terrain et de ne pas te ruiner en restau si la fille n’en vaut pas le coup”.

 Julien, parisien installé aux US, plus fleur bleue, mise sur le bon restau dès la 1ère date c’est son précepte numéro 1 : « C’est au premier rendez-vous que tout se joue. Il faut alors miser gros, car si la fille te plaît ici, tu dois mettre le paquet ! ». « La jeune américaine vise la sécurité amoureuse et financière, elle n’est nullement partisane de la surprise ou de la balade à vélo sous les étoiles. Remballe tes recettes d’étudiant, chiffonne tes poèmes et vas-y pour le show off ».

  1. Date n°2, « mettre le paquet ». Les voix de nos 3 jeunes concordent pour dire que la date n° 2 est un moment clése joue la future relation amoureuse. Si vous organisez un 2ème rendez-vous, c’est que la belle vous plaît. Dîner aux chandelles, concert en plein air, cinéma en amoureux, tous les moyens seront bons pour lui montrer votre vif intérêt. Véritable stratégie de conquête, le dating se fait par étapes en avançant méticuleusement ses pions.
  1. Date n° 3, « emballé c’est pesé », comme le rappelle Julien, le 3ème rendez-vous n’est plus que formalité. D’ailleurs notre candidat avoue que si cette 3ème étape ne se termine pas sous l’édredon, il abandonne. « Bro, just give up ! ».

Le date, le parcours du combattant amoureux

 Pragmatique, Mathew nous donne le tempo de cette pratique amoureuse made in US:

  1. Date n° 1: “l’inviter à boire un verre afin de “tâter le terrain et de ne pas te ruiner en restau si la fille n’en vaut pas le coup”.

 Julien, parisien installé aux US, plus fleur bleue, mise sur le bon restau dès la 1ère date c’est son précepte numéro 1 : « C’est au premier rendez-vous que tout se joue. Il faut alors miser gros, car si la fille te plaît ici, tu dois mettre le paquet ! ». « La jeune américaine vise la sécurité amoureuse et financière, elle n’est nullement partisane de la surprise ou de la balade à vélo sous les étoiles. Remballe tes recettes d’étudiant, chiffonne tes poèmes et vas-y pour le show off ».

  1. Date n°2, « mettre le paquet ». Les voix de nos 3 jeunes concordent pour dire que la date n° 2 est un moment clése joue la future relation amoureuse. Si vous organisez un 2ème rendez-vous, c’est que la belle vous plaît. Dîner aux chandelles, concert en plein air, cinéma en amoureux, tous les moyens seront bons pour lui montrer votre vif intérêt. Véritable stratégie de conquête, le dating se fait par étapes en avançant méticuleusement ses pions.
  1. Date n° 3, « emballé c’est pesé », comme le rappelle Julien, le 3ème rendez-vous n’est plus que formalité. D’ailleurs notre candidat avoue que si cette 3ème étape ne se termine pas sous l’édredon, il abandonne. « Bro, just give up ! ».

Le dating digital inverse la donne

Mathew a bien raison de nous rappeler qu’aux USA, le dating digital a bien changé la donne depuis quelques années. « L’apparition de sites comme Tinder ou Bumble permet de rencontrer des gens plus facilement et d’amorcer le jeu de la séduction en ligne avant de passer au premier rendez-vous ».

Le principe de Tinder est ultra-simple. « En téléchargeant l’application, tu crées ton tableau de chasse. J’aime si je fais glisser la photo à droite (mais la personne n’en est pas informée). Si je la fais glisser à gauche, je n’aime pas, et je ne reverrai jamais ce profil. » « Si le crush est réciproque, It’s a match ! ». Le match est donc une étape préliminaire au dating.

Notre jeune américain souligne que Bumble, son appli concurrente au féminin est encore plus efficace puisque c’est l’arme des filles. Lancée il y a moins d’un an, cette application permet aux femmes de prendre le pouvoir sur leurs relations amoureuses et surtout d’exprimer leurs choix. Ce sont maintenant elles qui datent les garçons !

Les pratiques amoureuses ont donc bien changé aux USA ! Les femmes prennent l’avantage et organisent elles-mêmes les étapes du parcours amoureux. Ce sont elles les reines du date !

les pratiques amoureuses revues par Gad Elmaleh

Guide MFC