Piétons, vélos, motos : que faire en cas d’accident de la route en Floride ?

/, Floride, Vie pratique USA, Vie quotidienne USA/Piétons, vélos, motos : que faire en cas d’accident de la route en Floride ?
neveo

Avec ses centaines de kilomètres de plages et ses nombreux parcs nationaux, la Floride est une destination touristique de choix. Mais en vacances, personne n’est à l’abri d’un accident de la circulation, et il est essentiel de savoir comment réagir, surtout dans un pays que vous ne connaissez pas nécessairement. A pied, à vélo ou à moto, vous venez d’être percuté par un autre usager de la route ? Les conseils d’Albert Benzrihem, avocat exclusivement dédié aux victimes de dommages corporels en Floride.

Albert Benzrihem - Vélo, piéton, moto, Accident en Floride

Avocat francophone inscrit au barreau de Floride, Albert Benzrihem défend depuis 1984 les droits des victimes d’accidents en Floride, qu’il s’agisse de résidents floridiens ou de touristes (et snowbirds). En près de 35 ans de carrière, cet avocat dédié à la représentation des victimes de dommages corporels a traité des milliers de cas d’accidents de la circulation, et en a acquis une certitude : « Si vous ne réagissez pas de la bonne façon, cela peut vous coûter très cher en terme d’indemnisation ! » Conscient des enjeux financiers considérables entourant un accident de la route, et de l’agressivité des compagnies d’assurance, Me Benzrihem fait le point avec Investir.US sur la façon de se protéger lorsque vous êtes percuté par un véhicule.

Premiers réflexes

Le premier réflexe, après un choc ou une collision, est très simple : « Vous devez impérativement appeler la police pour qu’elle vienne faire un constat, et ce même si vous avez l’impression de ne pas avoir été gravement touché physiquement », explique l’avocat. Certaines blessures peuvent être impressionnantes lorsqu’on est frappé par une voiture en étant à pied, à vélo ou à moto, et donc particulièrement vulnérable. Mais des séquelles moins visibles, telles que des douleurs de dos, peuvent apparaître plusieurs jours après l’impact.

Sur la scène de l’accident, « collectez  le plus de données possibles, conseille Me Benzrihem. Prenez des photos de vous et de votre véhicule si vous n’êtes pas à pied, du véhicule du responsable, des alentours. Gardez vos vêtements même s’ils sont tachés ou endommagés, gardez votre vélo ou votre moto, votre casque, quel que soit son état. » Autant de traces qui pourront servir par la suite, lors du règlement du cas contre la compagnie d’assurance de la partie adverse. Autre point sur lequel Albert Benzrihem veut attirer l’attention, le fait de demander des explications à l’autre conducteur peut s’avérer utile, surtout si celui-ci admet ses torts. « Vous pouvez même envisager de l’enregistrer, mais uniquement avec son accord. »

A suivre sur MyFrenchCity : « Automobiliste : que faire lorsque vous êtes victime d’un accident en Floride ? Toutes les recommandations d’Albert Benzrihem »

Les pièges à éviter

Vous avez l’impression que vos symptômes sont minimes, de ne pas nécessairement avoir besoin de soins, ou vous redoutez les coûts de d’hospitalisation ? « Au contraire, allez vous faire examiner sans tarder », affirme Albert Benzrihem. « J’ai eu beaucoup de clients qui ne se sont pas rendus immédiatement à l’hôpital mais plusieurs jours après, lorsque les douleurs sont devenues intenables : il est alors beaucoup plus difficile à prouver à l’assurance du responsable, que les symptômes sont liées à l’accident ! » L’avocat rappelle également que si vous êtes propriétaire d’une voiture immatriculée et assurée en Floride, c’est l’assurance de cette voiture qui va prendre en charge vos frais médicaux, à hauteur de 10 000 $. Au-delà, c’est l’assurance facultative pour dédommagement, pour responsabilité civile et dommages corporels du responsable qui complète les frais médicaux et prend en charge l’éventuelle perte de salaire due à un arrêt de travail, le traitement des douleurs physiques et psychologiques, et les autres impacts sur votre vie quotidienne.

Parmi les autres erreurs fréquentes des victimes d’accidents de la circulation, il y a celle de parler à l’assurance de la partie adverse. « Certaines compagnies d’assurance agressives, qui essayent d’avoir à compenser le moins possible la personne blessée, entrent parfois directement en contact avec la victime peu après l’accident, note Albert Benzrihem. Refusez de leur parler et prenez rapidement contact avec un avocat, pour ne pas être aiguillé dans une décision contraire à vos intérêts. » L’avocat met enfin en avant l’importance de se faire épauler juridiquement par un avocat dédié exclusivement à la représentation des victimes de dommages corporels : « C’est un métier à part, et seule une personne d’expérience saura défendre au mieux vos droits. Les compagnies d’assurance se battent, mais je me bats encore mieux. »

Gardez vos vêtements même s’ils sont tachés ou endommagés, gardez votre vélo ou votre moto, votre casque, quel que soit son état.

Contacter Albert Benzrihem

neveo

About the Author: