investir1

Cela fait des années que Mark Zuckerberg résiste bec et ongle contre la vindicte populaire. Des années que Facebook ne veut pas entendre d’un bouton « Dislike » ou « Je n’aime pas », arguant que cela entraînerait un flux impressionnant de « haters »… Tout ça pour finalement craquer ! Tremblez, les pouces en bas arriveront bientôt sur vos murs et vos posts…

« Nous travaillons dessus »

Pourquoi Facebook a finalement accepté l’idée de lancer ce fameux bouton dislike ?

Nous ne le savons pas vraiment encore. Marketing (Facebook en a-t-il vraiment besoin ?), désir de changement… ?

Mark Zuckerberg ne répond pas vraiment :

« Les utilisateurs demandent ce bouton dislike depuis des années maintenant ! Aujourd’hui est donc un jour spécial, puisque c’est le jour où je peux annoncer que nous travaillons dessus afin de le lancer prochainement. »

Facebook comme Youtube

L’annonce, qui émane de la bouche même du créateur du réseau social, est donc tout à fait officielle. Les utilisateurs n’ont ainsi plus qu’à attendre avant de pouvoir déverser leurs désapprobations à tout va ! Un peu à l’image de Youtube d’ailleurs, qui a ajouté les deux boutons il y a des années et qui en a fait un véritable enjeu pour les Youtubers, soumis au dur jugement des internautes.

Si l’on attend donc logiquement à ce que cela donne lieu à quelques provocations des uns et des autres (après tout, « qui aime bien… »), Mark Zuckerberg sort tout de même les violons en déclarant, à propos de cette potentielle/très probable négativité à venir : « Ce n’est pas ce que nous essayons de bâtir pour le monde. » Pour nous, l’affaire est simple : la guerre est déclarée !

USA IMMO CLE