USA IMMO CLE
[fullwidth background_color= » » background_image= » » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_webm= » » video_mp4= » » video_ogv= » » video_preview_image= » » overlay_color= » » overlay_opacity= »0.5″ video_mute= »yes » video_loop= »yes » fade= »no » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding_top= »20″ padding_bottom= »20″ padding_left= »0″ padding_right= »0″ hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »no » menu_anchor= » » class= » » id= » »]

Si l’on en juge les déclarations récentes du président Obama, l’un des fers de lance de son combat politique lors de ses deux mandats aura été la lutte contre les inégalités sociales qui touchent de plein fouet son pays.

Parti en croisade en faveur de l’amélioration des conditions de vie et du bien-être social des classes moyennes américaines, Barack Obama, face à la farouche opposition de ses adversaires républicains, a-t-il gagné son pari social ? Les USA, ne sont-ils pas aujourd’hui un pays asphyxié par les inégalités ? Etat des lieux à quelques mois des élections présidentielles…

[/fullwidth][fullwidth background_color= » » background_image= » » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_webm= » » video_mp4= » » video_ogv= » » video_preview_image= » » overlay_color= » » overlay_opacity= »0.5″ video_mute= »yes » video_loop= »yes » fade= »no » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding_top= »20″ padding_bottom= »20″ padding_left= »0″ padding_right= »0″ hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »no » menu_anchor= » » class= » » id= » »][imageframe lightbox= »no » gallery_id= » » lightbox_image= » » style_type= »none » hover_type= »none » bordercolor= » » bordersize= »0px » borderradius= »0″ stylecolor= » » align= »none » link= » » linktarget= »_self » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » hide_on_mobile= »no » class= » » id= » »] [/imageframe][/fullwidth][one_full last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »][title size= »2″ content_align= »left » style_type= »single » sep_color= » » margin_top= » » margin_bottom= » » class= » » id= » »]La fracture sociale américaine se creuse[/title]

Si les projets de croissance économique, de réduction du chômage et de bien-être social de la classe moyenne américaine sont les projets phare du gouvernement Obama, qu’en est-il aujourd’hui des inégalités au pays de l’Union ?

En 2013, alors que les USA célébraient le 50 ème anniversaire du fameux discours de Martin Luther King, de nombreuses voix s’élevaient afin de dénoncer, derrière « le miroir aux alouettes » de la rhétorique politique, des différences économiques persistantes entre les blancs et les noirs américains. Le Centre Américain de recherches démographiques et sociales, l’Institut Pew, basé a Washington, révélait au même moment dans son étude :  « les brèches quant aux revenus par foyer, à la richesse familiale et à l’accès à la propriété, se sont aujourd’hui renforcées par rapport aux années 60 et 70″. Selon ce même Institut, la différence de revenus par foyer se serait elle-même accrue entre les différentes communautés. Ainsi, cette différence de salaires entre blancs et noirs américains aurait augmenté de $19.000 en 1967 pour passer à presque $27.000 en 2011. Une répartition de la richesse un tant soit peu alarmante. Dans son rapport, l’institut Pew met aussi en lumière une brèche salariale de plus en plus forte entre les blancs et les hispaniques depuis les années 70.

[/one_full][one_full last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »][title size= »2″ content_align= »left » style_type= »single » sep_color= » » margin_top= » » margin_bottom= » » class= » » id= » »]Les inégalités du bien-être américain ?[/title]

Certes, l’inégalité des revenus a augmenté aux USA au cours des quarante dernières années, mais, pour autant, linégalité salariale et le bien-être sont deux données bien différentes. Aujourd’hui, les études prouvent que l’ensemble de la population vit mieux qu’avant aux USA. Force est de constater que le revenu par foyer n’est pas non plus synonyme de niveau de vie. Il semble que ce dernier ait augmenté pour toutes les communautés depuis les années 1970, en termes d’équipement des ménages notamment. Toutefois, une étude économique montre que la consommation des Américains est aussi devenue plus inégale.

[/one_full][one_full last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »][title size= »2″ content_align= »left » style_type= »single » sep_color= » » margin_top= » » margin_bottom= » » class= » » id= » »]L’inégalité américaine face à la consommation[/title]

En 2016, les Américains à faible revenu ont globalement un meilleur accès aux produits électro-ménagers (lave vaisselle, téléviseurs) ou aux biens liés au divertissement (jeux, jouets). Toutefois, malgré un accès plus général à la  consommation de ces produits, les inégalités demeurent puisque les salariés les mieux payés seront plus susceptibles d’acquérir du matériel haut de gamme (Apple TV, jeux vidéos), ce qui ne sera pas le cas des plus humbles.

[/one_full][one_full last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »][title size= »2″ content_align= »left » style_type= »single » sep_color= » » margin_top= » » margin_bottom= » » class= » » id= » »]L’inégalité américaine face à la nutrition et aux loisirs[/title]

L’inégalité face à la consommation est particulièrement forte aux USA quant à la nutrition et aux dépenses alimentaires. C’est une réalité sociale : les faibles salaires dépensent bien moins afin de bien manger. A cet égard, la différence dans les dépenses alimentaires des classes sociales sest creusée  depuis les années 1970. Ainsi, les Américains les plus modestes consomment des aliments de moindre qualité, ce qui engendre de nombreux problèmes de santé publique : une obésité croissante, des problèmes cardio-vasculaires, une mortalité précoce. On note également une disparité croissante dans les activités et les loisirs en fonction des communautés et des milieux sociaux. Aux USA, cette fracture est très frappante :  les Américains les moins instruits et aux plus faibles revenus consacrent une bonne partie de leurs loisirs à la passivité et à la sédentarité (à dormir ou à regarder la télévision), quand les classes les mieux loties se démènent en activités sportives ou en bénévolat animées par un esprit de compétition qui transfuse même leurs week-ends.

[/one_full][fullwidth background_color= » » background_image= » » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_webm= » » video_mp4= » » video_ogv= » » video_preview_image= » » overlay_color= » » overlay_opacity= »0.5″ video_mute= »yes » video_loop= »yes » fade= »no » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding_top= »20″ padding_bottom= »20″ padding_left= »0″ padding_right= »0″ hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »no » menu_anchor= » » class= » » id= » »][button link= »http://investir.us/travailler-aux-etats-unis/emploi-etats-unis/la-californie-annonce-laugmentation-du-salaire-minimum/ » color= »lightgray » size= »large » stretch= » » type= » » shape= » » target= »_self » title= » » gradient_colors= »| » gradient_hover_colors= »| » accent_color= » » accent_hover_color= » » bevel_color= » » border_width= »1px » icon= » » icon_position= »left » icon_divider= »no » modal= » » animation_type= »0″ animation_direction= »left » animation_speed= »1″ animation_offset= » » alignment= » » class= » » id= » »]La Californie annonce l’augmentation du salaire minimum[/button][/fullwidth]

investir1