investir1
[fullwidth background_color= » » background_image= » » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_webm= » » video_mp4= » » video_ogv= » » video_preview_image= » » overlay_color= » » overlay_opacity= »0.5″ video_mute= »yes » video_loop= »yes » fade= »no » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding_top= »20″ padding_bottom= »20″ padding_left= »0″ padding_right= »0″ hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »no » menu_anchor= » » class= » » id= » »]

Le lundi 16 mai 2016  sera désormais une date clé dans l’histoire du Mississippi, un état du sud où la ségrégation dans les lieux scolaires est toujours de mise au XXI siècle. En effet, un tribunal fédéral américain vient de contraindre la ville de Cleveland, dans le Mississippi, de fusionner ses collèges et lycées. Jusque là, les élèves de Cleveland suivaient une scolarité séparée, dans des établissements distincts, en raison de leur couleur de peau.

[/fullwidth][fullwidth background_color= » » background_image= » » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_webm= » » video_mp4= » » video_ogv= » » video_preview_image= » » overlay_color= » » overlay_opacity= »0.5″ video_mute= »yes » video_loop= »yes » fade= »no » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding_top= »20″ padding_bottom= »20″ padding_left= »0″ padding_right= »0″ hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »no » menu_anchor= » » class= » » id= » »][imageframe lightbox= »no » gallery_id= » » lightbox_image= » » style_type= »none » hover_type= »none » bordercolor= » » bordersize= »0px » borderradius= »0″ stylecolor= » » align= »none » link= » » linktarget= »_self » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » hide_on_mobile= »no » class= » » id= » »] [/imageframe][/fullwidth][one_full last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »][title size= »2″ content_align= »left » style_type= »single » sep_color= » » margin_top= » » margin_bottom= » » class= » » id= » »]Une décision judiciaire historique[/title]

Cette décision historique met un terme, après plus de 50 ans de lutte, à la ségrégation raciale imposée dans les collèges et lycées de l’état. Le Time magazine précisait que ce décret prend effet immédiatement”. Il ne faudra donc pas attendre la rentrée des classes pour observer la fin de la ségrégation raciale en milieu scolaire ( établissements du secondaire, cantines et bus scolaires). Il aura donc fallu 50 ans afin de tirer un trait sur les fameuses lois Jim Crow. Ce nom fut donné à toute une série d’arrêtés et de règlements promulgués généralement dans les municipalités ou les états du sud des USA entre 1876 et 1965. Ces lois distinguaient les citoyens selon leur appartenance « raciale » (blanc ou noirs) et, tout en admettant leur égalité de droit, elles imposaient une ségrégation de jure dans tous les lieux et services publics. Sachez que les plus importantes d’entre elles introduisaient la ségrégation dans les écoles mais aussi dans la plupart des services publics comme les trains ou les bus. Concernant le milieu scolaire, ces lois étaient encore en vigueur en janvier 2016 à Cleveland.

[/one_full][one_full last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »][title size= »2″ content_align= »left » style_type= »single » sep_color= » » margin_top= » » margin_bottom= » » class= » » id= » »]Mississippi Burning, clap de fin ?[/title]

Comme le dénonçait le réalisateur Alan Parker, dans son film coup de poing Mississippi Burning , la séparation entre les blancs et les noirs dans les lieux publics allait même jusqu’à l’utilisation de fontaines d’eau différentes. Cette scène symbolique du film y dénonçait un système ségrégationniste bien en place.

Cette décision des autorités est donc historique et met fin à une saga judiciaire de plus de cinq décennies à Cleveland. Le jugement de 96 pages intime donc la ville de “dé-ségrégationnerson enseignement secondaire ( collèges et lycées). Une injonction devenue obligation… Ainsi Vanita Gupta, haute fonctionnaire de l’appareil de justice américain et responsable des droits civils au ministère de la Justice, se réjouit de cette victoire qui crée pour les enfants de Cleveland de nouvelles opportunités d’apprendre, de jouer et de réussir ensemble”, relate le Time. Toutefois, madame Gupta clame son indignation face au retard pris : “Retarder l’injonction de déségrégation est inacceptable et inconstitutionnel.”

Le rêve de Martin Luther King dans I have a dream peut enfin prendre forme :« Je rêve qu’un jour, même l’État du Mississippi, un État où l’injustice et l’oppression créent une chaleur étouffante, sera transformé en une oasis de liberté et de justice » .  53 ans après le célèbre discours, le milieu scolaire du Mississippi voit la vie en noir et blanc !

[/one_full]

investir1