Marquise agency

Ce jeune pilote français à la petite constitution (1m68 pour 57kg) a l’étoffe d’un grand. Nous avons eu le plaisir de le recevoir à la rédaction de MyFrenchCity, la veille de son départ pour le Star Racing Challenge, qui se tenait, pour cette édition 2015, à Gainesville en Floride.

Pour voir toutes les interviews vidéo de Rémi Morel, dirigez-vous ici.

La moto, une passion devenue profession

Notre jeune champion français, originaire du Castellet, dans le Var, est tombé dans la marmite des grosses cylindrées dès son plus jeune âge :

« J’ai commencé à piloter quand d’autres apprennent à marcher. A 3 ans, j’étais déjà fou de moto et cette passion ne m’a jamais quitté », nous confie Rémi.

Notre pilote n’a connu que tardivement le Dragster Bike, une spécialité peu courante en Europe, mais très ancrée aux États-Unis. « Mon père et moi avons créé notre société, Moto Legend-Car », spécialisée dans l’importation en France de modèles de moto de collection en provenance des USA. « Nous en avions reçu un beau modèle et j’ai eu envie de l’essayer. »

Le dragster bike

Pilote averti, de nombreuses fois médaillé, Rémi s‘essaie alors à cette nouvelle discipline venue des États-Unis. Le dragster bike se court sur des distances très courtes mais avec des accélérations très rapides « dès les premières minutes, on monte à 300km/h. » A Gainesville, Rémi sera le seul pilote français en lice aux côtés de 23 nationalités différentes. Le challenge est de taille et le Graal serait d’intégrer une équipe américaine grâce à cette course mythique.

Une volonté de fer dans un gant de cuir blanc

A 28 ans, Rémi Morel a déjà la maturité d’un vieux sage car, chaque jour, il se mesure à la mort et envisage le pire pour rester bien vivant.

« C’est ma famille qui est au centre de ma vie et c’est grâce à son soutien constant que je suis capable de relever défi après défi et d’aller de l’avant. »

Homme toujours positif, courageux en toute circonstance, Rémi nous avoue ne jamais baisser les bras. C’est pour sa femme, pour sa petite fille, mais aussi pour être le premier pilote français à pouvoir s’illustrer dans cette discipline périlleuse, que Rémi s’entraîne aux quatre coins de l’Europe. Il compte bien ensuite venir s’installer aux Etats-Unis, la Mecque des pilotes de course.

Rémi, dès 2013, alors qu’il venait de débuter, avait été classé 3ème aux championnats de France de dragster bike. En avril 2015, il était déjà repéré par la fédération américaine… Bonne route Rémi !

nouga4