Marquise agency

Les deux saisons précédentes nous ont offert parmi les plus belles finales de l’histoire de la NBA, avec deux oppositions entre le Miami Heat et les San Antonio Spurs. Le niveau atteint alors par les deux équipes avaient laissé les fans bouche bée. Mais ces finales 2015 sont assez spéciales également, opposant deux extraterrestres de la balle orange, tous deux en course pour faire partie des meilleurs de l’histoire : Stephen Curry et LeBron James. La série est actuellement à égalité (2-2), alors qu’un ultra décisif Game 5 se dessine dimanche…

[fullwidth background_color= » » background_image= » » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_webm= » » video_mp4= » » video_ogv= » » video_preview_image= » » overlay_color= » » overlay_opacity= »0.5″ video_mute= »yes » video_loop= »yes » fade= »no » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding_top= »20px » padding_bottom= »20px » padding_left= »0px » padding_right= »0px » hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »no » menu_anchor= » » class= » » id= » »][title size= »2″ content_align= »left » style_type= »single » sep_color= »#999999″ class= » » id= » »]Du berceau aux finales NBA, Curry et James ne se lâchent pas[/title]

Quelles étaient les chances pour que la 5ème ville la plus peuplée de l’Ohio, Akron, enfante deux tels ovnis du basketball ? Les scientifiques ne se sont pas encore penchés sur ces probabilités, mais parions qu’il s’agit-là d’un cas unique, presque miraculeux. L’ainé des deux, LeBron James (30 ans), y est né le 30 décembre 1984. Stephen Curry (27 ans), quant à lui, le 14 mars 1988. Mieux ! Les deux stars ont vu le jour au même endroit : au Akron City Hospital.

La prophétie les a donc conduits sur les mêmes sentiers : du berceau aux parquets NBA (oui ça rime). Mais ils pourraient également se retrouver sur un autre chemin, bien plus prestigieux encore : celui des tous meilleurs de l’histoire. Au Panthéon.

[/fullwidth][fullwidth background_color= » » background_image= » » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_webm= » » video_mp4= » » video_ogv= » » video_preview_image= » » overlay_color= » » overlay_opacity= »0.5″ video_mute= »yes » video_loop= »yes » fade= »no » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding_top= »20px » padding_bottom= »20px » padding_left= »0px » padding_right= »0px » hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »no » menu_anchor= » » class= » » id= » »][title size= »2″ content_align= »left » style_type= »single » sep_color= »#999999″ class= » » id= » »]Stephen Curry est-il déjà le meilleur shooteur NBA, toutes périodes confondues ?[/title][one_half last= »no » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]
[/one_half][one_half last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]

De l’avis de tous, ou presque, Ray Allen, que les fans du Miami Heat connaissent très bien pour les avoir sauvé lors des finales NBA 2012/2013 avec l’un des plus gros tirs de l’histoire face à des Spurs qui ne se trouvaient qu’à 7 sec du titre suprême, est le meilleur shooteur de l’histoire. Il détient d’ailleurs le record de tirs à 3 points marqués en carrière. Oui mais voilà, c’était sans compter sur l’éclosion fulgurante et surpuissante de Stephen Curry il y a 3 années de cela environ.

[/one_half]

A tel point que le joueur, du haut de ses petits 1,91m, a glané cette année le titre de meilleur joueur de la saison (MVP : Most Valuable Player)

[separator style_type= »none » top_margin= » » bottom_margin= »30″ sep_color= » » border_size= » » icon= » » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]

« En un coup d’œil, c’est le meilleur de l’histoire »

Mais ce sont encore les joueurs NBA qui sont les mieux placés pour parler de lui : « Il existe certains joueurs qui vous font croire que la balle va forcément rentrer dès qu’ils tirent. Steph est capable d’aligner ses pieds sans souci et en un rien de temps, stabiliser son poids dans les jambes et s’élever pour tirer en rythme. Comme s’il était planté là, juste après avoir attrapé la balle. Sincèrement, en un coup d’œil, c’est le meilleur de l’histoire. » Une citation provenant de Steve Nash, double MVP NBA en 2005 et 2006 et parmi les plus grands shooteurs également.

Les chiffres et les records viennent appuyer de telles déclarations. Curry est, par exemple, détenteur de 2 records venant attester son tout nouveau statut : recordman du nombre de tirs à 3pts en une saison (276, cette année), mais aussi en une campagne de playoffs. Pour cette dernière stat’, il a dû effacer Reggie Miller des tablettes, qui avaient eu besoin de 22 matchs en playoffs pour rentrer 58 paniers à 3pts. Steph Curry en est désormais à 88 en seulement 19 rencontres… Un extraterrestre du shoot.

[/fullwidth][fullwidth background_color= » » background_image= » » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_webm= » » video_mp4= » » video_ogv= » » video_preview_image= » » overlay_color= » » overlay_opacity= »0.5″ video_mute= »yes » video_loop= »yes » fade= »no » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding_top= »20px » padding_bottom= »20px » padding_left= »0px » padding_right= »0px » hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »no » menu_anchor= » » class= » » id= » »][title size= »2″ content_align= »left » style_type= »single » sep_color= »#999999″ class= » » id= » »]LeBron James bientôt au niveau de Michael Jordan ?[/title][one_half last= »no » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]

Le simple fait d’écrire et de poser cette question pourrait être passible de prison pour la plupart des connaisseurs NBA !

Oui mais voilà, LeBron a de plus en plus d’arguments à faire valoir pour que l’on ose se demander si oui ou non, il peut officiellement faire l’objet d’une comparaison avec Jordan pour le titre de meilleur joueur de l’histoire.

[/one_half][one_half last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]
[/one_half]

S’il est encore assez loin du nombre de titres de son aîné (6 à 2 pour MJ), LeBron a réussi la prouesse incroyable d’apparaître 5 fois de suite en finale NBA : 4 fois avec le Miami Heat et cette année avec les Cavs de Cleveland.

Mais c’est avant tout cette saison qui permet aux experts de se poser la question de sa véritable place dans l’histoire. LeBron a quasiment mené son équipe en finale à la force de ses seules et puissantes épaules. Privé de ces 2 lieutenants, Kevin Love et Kyrie Irving, blessés, il a quasiment qualifié ses coéquipiers en finales à lui tout seul. Et aujourd’hui, alors que la série se trouve à 2-2 et à seulement deux victoires d’un triomphe final pour chacune des deux équipes, il se pourrait bien que l’on assiste à l’une des plus grandes performances de l’histoire : le titre d’un seul homme, ou presque.

Deux extraterrestres s’affrontent actuellement et les fans se frottent les mains.

[/fullwidth]

Guide MFC