investir1

Chaque langue est riche en expressions idiomatiques et le français comme l’anglais offrent un arsenal d’images associées à un sens qui diverge dans chaque langue. En français, des expressions comme “décrocher la lune” ou “avaler des couleuvres” jouent sur des images propres associées à des significations particulières en fonction des pays et des cultures. Voici 5 expressions imagées made in France et leur équivalent en anglais. Décoiffant !

    [slide type= »image » link= » » linktarget= »_self » lightbox= »yes »]http://myfrenchcity.com/wp-content/uploads/2016/01/Se-tenir-a-carreaux.jpg[/slide][slide type= »image » link= » » linktarget= »_self » lightbox= »yes »]http://myfrenchcity.com/wp-content/uploads/2016/01/Avaler-des-couleuvres.jpg[/slide][slide type= »image » link= » » linktarget= »_self » lightbox= »yes »]http://myfrenchcity.com/wp-content/uploads/2016/01/Jeter-argent.jpg[/slide][slide type= »image » link= » » linktarget= »_self » lightbox= »yes »]http://myfrenchcity.com/wp-content/uploads/2016/01/Couper-cheveux.jpg[/slide][slide type= »image » link= » » linktarget= »_self » lightbox= »yes »]http://myfrenchcity.com/wp-content/uploads/2016/01/Le-coeur-sur-la-main.jpg[/slide]

© tv5monde.com

Top 5 des expressions imagées en français vs en anglais

n°1 Décrocher la lune

L’expression idiomatique “Décrocher la lune est très poétique . Elle ne date nullement de Niels Amstrong ni d’E.T mais tire ses origines au Moyen-Age. La lune est toujours apparu aux Anciens comme un astre lumineux et mystérieux très proche de la Terre, donc facile à attraper. Astre lumineux à la forme de ballon, la lune semblait à portée de main. A la Renaissance, l’expression en vogue était “prendre la lune avec ses dents” remplacée au siècle suivant par l’expression actuelle.

Signifiant que l’on a obtenu quelque chose que l’on pensait impossible, cette expression souligne le succès et la réussite. En anglais, son équivalent serait “to do the impossible”, bien moins mignon.

n°2 Avaler des couleuvres

Mais d’où vient l’expression idiomatique « Avaler des couleuvres »  et pourquoi des couleuvres et point des vipères à la Mauriac ? « Avaler des couleuvres », c’est devoir supporter des choses désagréables sans rechigner. C’était d’ailleurs autrefois le lot de toutes les personnes en position d’infériorité (comme le personnel de maison, par exemple)

L’ autre origine de cette expression, la plus probable, remonterait à l’ ancienne signification de « couleuvre » qui désignait aussi une insinuation perfide, le genre de chose à laquelle il n’est pas toujours simple de répondre et qu’on doit alors subir sans piper mot.
Ce sens du mot était bien entendu lié au comportement du serpent, cet animal qui a convaincu Ève de croquer la pomme.
Cet emploi aurait été renforcé par la confusion avec le terme « couleur » qui à la Renaissance désignait une fausse apparence, encore symbole de perfidie (une bonne couche de peinture peut dissimuler bien des défauts).

En anglais, le registre d’images vipérines disparaît ne laissant plus que le verbe avaler en place «  To swallow anything » (insults, humiliations…). Bien moins parlant…

n°3 Avoir les yeux plus gros que le ventre

Les yeux sont bien évidemment capables de voir beaucoup plus de nourriture que ce que n’importe quel estomac humain serait capable de contenir ! Ceci explique la compréhension facile, donc la popularité, de cette expression qui est employée à l’origine par Montaigne (un penseur bien épicurien), au XVIe siècle, avec le terme ventre qui était alors remplacé par panse et avec certaines petites variantes comme « avoir plus grands yeux que grande panse« .

Expression très imagée et rigolote en français, elle devient plus vorace et insiste sur la force de nos mâchoires canines en anglais « To bite off more than one can chew » (mordre plus qu’on ne peut mâcher).

n°4 Avoir le coeur sur la main

Il semble étrange qu’une personne ait pu inventer l’expression « Avoir le cœur sur la main ». S’il est vrai que dès le Moyen-Age, la main gauche est celle du cœur (une veine semblait alors les relier), le lecteur a dû mal à visualiser l’expression. Comme si l’on extrayait le coeur et qu’on le tendait sur la paume de la main pour prouver sa générosité.

Quoi qu’il en soit, sans qu’on y fasse attention, le coeur est un organe éminemment baladeur. Lorsque vous l’avez au bord des lèvres, c’est que vous avez des nausées ; et si vous l’avez sur les lèvres, c’est que vous êtes franc ou sincère.
Mais si vous l’avez sur la main, c’est que vous êtes prêt à offrir votre bien le plus précieux, et que votre générosité ne fait donc aucun doute.

Lorsque « vous avez le coeur sur les lèvres », c’est en paroles que vous prouvez votre qualité morale. Si vous l’avez « sur la main », c’est à vos actes qu’on vous juge.

En anglais, vous ne serez qu’oreilles et cœur pour dire votre générosité : « To be ears and all heart » ou bien vous porterez votre cœur sur votre manche (original) : « To wear your heart on your sleeve » (porter son cœur sur sa manche). So sweet

n°5 Se faire rouler dans la farine

Cette expression imagée daterait du XIXe siècle.
Elle serait l’association de « rouler » (au sens de tromper : « Je me suis fait rouler« ) et d’emplois variés du mot « farine » à l’époque où ce terme désignait des arguments trompeurs.

Une autre interprétation plus artistique voudrait que la « farine » utilisée ici serait celle de la poudre de riz dont s’enduisaient les comédiens de l’époque pour se maquiller, ce qui empêchait de les reconnaître et leur permettait ainsi de tromper les gens ou d’endosser divers rôles dans une même pièce. La Comedia Dell Arte en fit un must !

En Grande-Bretagne, terre de pâturages et de moutons, l’expression se réfère à la laine des shetlands « Pull the wool over someone eyes » (tirer la laine sur le yeux de quelqu’un). Les USA plus pragmatiques utilisent une expression bien plus moderne « Take someone to the cleaners » (envoyer quelqu’un au pressing).

MFC – 151001 banner_default_MFC_728x90