USA IMMO CLE

Retrouvez toutes les semaines sur MyFrenchCity Floride, les sorties de films français en Floride avec notre partenaire www.frenchflicks.com ! Cette semaine 5 films français sont à l’affiche : trois nouvelles sorties, Saint Laurent, Marie’s Story et In the Name of My Daughter et deux films toujours à l’affiche en Floride, Clouds of Sils Maria et Timbuktu. Bonne séance !

[fullwidth background_color= » » background_image= » » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_webm= » » video_mp4= » » video_ogv= » » video_preview_image= » » overlay_color= » » overlay_opacity= »0.5″ video_mute= »yes » video_loop= »yes » fade= »no » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding_top= »20px » padding_bottom= »20px » padding_left= »0px » padding_right= »0px » hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »no » menu_anchor= » » class= » » id= » »][title size= »2″ content_align= »left » style_type= »single » sep_color= »#999999″ class= » » id= » »]Saint Laurent : l’autre biopic sur le créateur[/title][one_half last= »no » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »][imageframe lightbox= »no » lightbox_image= » » style_type= »none » bordercolor= » » bordersize= »0px » borderradius= »0″ stylecolor= » » align= »none » link= » » linktarget= »_self » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″ hide_on_mobile= »no » class= » » id= » »] [/imageframe][/one_half][one_half last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]

Succès critique et public en France, Saint Laurent, de Bertrand Bonnello, est sorti ce vendredi en salles en Floride. Il s’agit du second biopic sur le créateur français, après la sortie il y a six mois de Yves Saint Laurent de Jalil Lespert. Contrairement au premier long-métrage, qui revenait sur la vie du couturier de sa naissance à sa mort, Saint Laurent ne s’intéresse qu’à la décennie charnière de sa carrière, de 1967 à 1976. Gaspard Ulliel, exceptionnel dans le rôle principal, y incarne un YSL très sexe, drogue et rock’n roll.

[/one_half]

Entre autodestruction et créativité débordante. Un homme torturé entre son amour pour son mentor Pierre Bergé et sa passion charnelle pour son amant, le dandy Jacques de Bascher. La flamboyance du créateur, et le sentiment de liberté des années post Mai-68, résulte en un feu d’artifices éblouissant de couleurs et de bruits à l’écran. Ringardisant les biopics sages auxquels Hollywood nous a habitués, Bertrand Bonello livre un film lyrique et mélancolique, qui a le mérite de prendre le génie pour ce qu’il est : une personne à la limite de la rupture, qui flirte constamment avec le chaos. En salles à Aventura, Boca Raton, Fort Lauderdale, Miami.

Regardez la bande annonce ici.

[/fullwidth][fullwidth background_color= » » background_image= » » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_webm= » » video_mp4= » » video_ogv= » » video_preview_image= » » overlay_color= » » overlay_opacity= »0.5″ video_mute= »yes » video_loop= »yes » fade= »no » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding_top= »20px » padding_bottom= »20px » padding_left= »0px » padding_right= »0px » hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »no » menu_anchor= » » class= » » id= » »][title size= »2″ content_align= »left » style_type= »single » sep_color= »#999999″ class= » » id= » »]André Téchiné s’intéresse à l’affaire Le Roux dans « In the name of my daughter »[/title][one_half last= »no » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]

Adapté de la célèbre « affaire Le Roux », qui avait défrayé la chronique à la fin des années 70, In the Name of my Daughter (L’homme qu’on aimait trop) est un drame familial avant d’être un thriller. Plutôt que de suivre pas à pas l’enquête sur la disparation d’Agnès Le Roux, André Téchiné s’intéresse aux personnages-clés de l’affaire et à leurs relations ambivalentes. Les séances à Boca Raton, Delray Beach, Fort Lauderdale, Hollywood, Lake Worth, Miami

[/one_half][one_half last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]
[/one_half][/fullwidth][fullwidth background_color= » » background_image= » » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_webm= » » video_mp4= » » video_ogv= » » video_preview_image= » » overlay_color= » » overlay_opacity= »0.5″ video_mute= »yes » video_loop= »yes » fade= »no » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding_top= »20px » padding_bottom= »20px » padding_left= »0px » padding_right= »0px » hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »no » menu_anchor= » » class= » » id= » »][title size= »2″ content_align= »left » style_type= »single » sep_color= »#999999″ class= » » id= » »]Marie’s story à Miami[/title][one_half last= »no » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]
[/one_half][one_half last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]

Après Saint Laurent et In the Name of my Daughter, Marie’s Story (Marie Heurtin) est le troisième film de la semaine à être adapté de faits réels. Cette-fois ci, on est au 19e siècle, pour une rencontre chargée d’émotion entre des religieuses et des jeunes adolescentes sourdes.

Un film résolument optimiste sur la compassion humaine. A voir cette semaine à Miami.

[/one_half][/fullwidth][fullwidth background_color= » » background_image= » » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_webm= » » video_mp4= » » video_ogv= » » video_preview_image= » » overlay_color= » » overlay_opacity= »0.5″ video_mute= »yes » video_loop= »yes » fade= »no » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding_top= »20px » padding_bottom= »20px » padding_left= »0px » padding_right= »0px » hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »no » menu_anchor= » » class= » » id= » »][title size= »2″ content_align= »left » style_type= »single » sep_color= »#999999″ class= » » id= » »]Toujours à l’affiche à Miami[/title]

Clouds of Sils Maria et le duel Kristen Stewart vs Juliette Binoche

Toujours à l’affiche en Floride, à Miami, Clouds of Sils Maria, du réalisateur français Olivier Assayas, est un drame tourné en anglais et reposant sur la confrontation entre ses deux actrices principales, toutes deux excellentes : Juliette Binoche et Kristen Stewart. Les séances aux Etats-Unis.

[separator style_type= »none » top_margin= » » bottom_margin= »30″ sep_color= » » border_size= » » icon= » » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]

Timbuktu : film de l’année en France

À l’affiche à Miami jusqu’à dimanche, Timbuktu a reçu le César du meilleur film cette année. L’histoire est celle des habitants d’un village au Mali, dont la tranquillité est menacée par l’arrivée des djihadistes, et par les règles absurdes que ces derniers imposent. Un film choc, inspiré du réel et des tensions religieuses que connaît actuellement le Mali, mais proposant quelques scènes d’une grande poésie. Au cinéma à Miami jusqu’au 31 mai.

[/fullwidth]

Guide MFC