investir1

Retrouvez toutes les semaines sur MyFrenchCity Floride, les sorties de films français en Floride avec notre partenaire www.frenchflicks.com ! Cette semaine quatre films français à l’affiche dont le très attendu The Connection, avec Jean Dujardin et Gilles Lellouche. Bonne séance !

Découvrez ici les films US sortis cette semaine ! 

[fullwidth background_color= » » background_image= » » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_webm= » » video_mp4= » » video_ogv= » » video_preview_image= » » overlay_color= » » overlay_opacity= »0.5″ video_mute= »yes » video_loop= »yes » fade= »no » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding_top= »20px » padding_bottom= »20px » padding_left= »0px » padding_right= »0px » hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »no » menu_anchor= » » class= » » id= » »][title size= »2″ content_align= »left » style_type= »single » sep_color= »#999999″ class= » » id= » »]Les gangsters de la French Connection débarquent à Miami[/title][one_half last= »no » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »][separator style_type= »none » top_margin= » » bottom_margin= »4″ sep_color= » » border_size= » » icon= » » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »][imageframe lightbox= »no » lightbox_image= » » style_type= »none » bordercolor= » » bordersize= »0px » borderradius= »0″ stylecolor= » » align= »none » link= » » linktarget= »_self » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″ hide_on_mobile= »no » class= » » id= » »] [/imageframe][/one_half][one_half last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]

Plus gros budget pour un film français en 2014, The Connection (sorti sous le nom La French en France) est une reproduction fidèle, bien qu’un peu romancée, de l’affrontement entre le juge Michel et le parrain de la pègre Gaëtan Zampa. Petit rappel historique : dans les années 1960, La French Connection est une organisation mafieuse violente qui achemine de l’héroïne depuis le sud de la France vers les États-Unis. À sa tête, Gaëtan Zampa – interprété par Gilles Lellouche – un malfrat qui compte dans ses amis des flics ripoux et des hommes politiques haut placés.

[/one_half]

Un homme va tenter de mettre un terme à cette organisation criminelle et à la corruption généralisée à Marseille : le juge Michel, incarné par un Jean Dujardin plus sérieux que jamais. Long-métrage ambitieux de 2h15 du réalisateur Cédric Jimenez, The Connection évite le piège de l’hommage aux classiques américains du genre de Martin Scorsese et Francis Ford Coppola. Si The Connection n’a pas la fluidité ni les dialogues ciselés de ses illustres aînés, il n’en demeure pas moins un long-métrage haletant et parfaitement interprété. Une plongée réussie dans le Marseille corrompu des années 70. À l’affiche en Floride à Hollywood et Miami

[/fullwidth][fullwidth background_color= » » background_image= » » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_webm= » » video_mp4= » » video_ogv= » » video_preview_image= » » overlay_color= » » overlay_opacity= »0.5″ video_mute= »yes » video_loop= »yes » fade= »no » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding_top= »20px » padding_bottom= »20px » padding_left= »0px » padding_right= »0px » hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »no » menu_anchor= » » class= » » id= » »][title size= »2″ content_align= »left » style_type= »single » sep_color= »#999999″ class= » » id= » »]Toujours à l’affiche en Floride[/title][one_half last= »no » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »][separator style_type= »none » top_margin= » » bottom_margin= »26″ sep_color= » » border_size= » » icon= » » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]
[/one_half][one_half last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]

L’Affaire Le Roux dans In the Name of my Daughter

Adapté de l’affaire Le Roux, qui avait défrayé la chronique à la fin des années 70, In the Name of my Daughter (L’homme qu’on aimait trop) est un drame familial avant d’être un thriller. Plutôt que de suivre pas à pas l’enquête sur la disparation d’Agnès Le Roux, Téchiné s’intéresse aux personnages clés de l’affaire et à leurs relations ambivalentes.

[/one_half][/fullwidth][fullwidth background_color= » » background_image= » » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_webm= » » video_mp4= » » video_ogv= » » video_preview_image= » » overlay_color= » » overlay_opacity= »0.5″ video_mute= »yes » video_loop= »yes » fade= »no » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding_top= »20px » padding_bottom= »20px » padding_left= »0px » padding_right= »0px » hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »no » menu_anchor= » » class= » » id= » »][one_third last= »no » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]

Marie’s Story, une histoire de foi

Marie’s Story (Marie Heurtin) est l’histoire vraie de la cohabitation au 19e siècle de religieuses et de jeunes adolescentes sourdes. Un film résolument optimiste sur la compassion humaine.

A voir cette semaine à Boca Raton.

[/one_third][two_third last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »][separator style_type= »none » top_margin= » » bottom_margin= »22″ sep_color= » » border_size= » » icon= » » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]
[/two_third][/fullwidth][fullwidth background_color= » » background_image= » » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_webm= » » video_mp4= » » video_ogv= » » video_preview_image= » » overlay_color= » » overlay_opacity= »0.5″ video_mute= »yes » video_loop= »yes » fade= »no » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding_top= »20px » padding_bottom= »20px » padding_left= »0px » padding_right= »0px » hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »no » menu_anchor= » » class= » » id= » »][title size= »3″ content_align= »left » style_type= »single » sep_color= »#ffffff » class= » » id= » »]Saint Laurent le flamboyant[/title]

Second biopic sur le créateur français, six mois après la sortie de Yves Saint Laurent de Jalil Lespert, Saint Laurent ne s’intéresse qu’à la décennie charnière du couturier, de 1967 à 1976. Gaspard Ulliel, exceptionnel dans le rôle principal, y incarne un YSL très sexe, drogue et rock’n roll, entre auto-destruction et créativité débordante.

[three_fifth last= »no » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]
[/three_fifth][two_fifth last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]

Un homme torturé entre son amour pour son mentor Pierre Bergé et sa passion charnelle pour son amant, le dandy Jacques de Bascher.

La flamboyance du créateur, et le sentiment de liberté des années post Mai-68, résulte en un feu d’artifices éblouissant de couleurs et de bruits à l’écran. Au Cinéma à Aventura, Boca Raton, Fort Lauderdale et Miami.

[/two_fifth][/fullwidth]

investir1