USA  IMMO Floride

Au programme des sorties cinéma US prévues pour le 10 juillet, FrenchFlicks évoque l’ultime apparition du regretté Robin Williams, le très (trop) métaphysique Self/Less et bien évidemment, les omniprésents Minions ! Bonne séance à vous.

Minions tout plein

Vivement la sortie des Minions ! La campagne marketing monstre autour du film frôle l’overdose. À la télévision, dans les journaux, les Happy Meal, sur les boites de céréales, les petites créatures jaunes sont partout… On croirait avoir vu le film avant même de s’être rendu au cinéma. Cocorico, le dessin animé, américain par sa production, a été conçu par les petites mains françaises du studio Illumination et réalisé par Pierre Coffin, co-auteur des deux films Despicable Me, qui ont introduits les Minions au public.

Cette-fois-ci, les Minions sont les personnages principaux : on peut donc se délecter pendant une heure et demi de leur maladresse, leur malice et de leur langage étrange qui mélange entre autres français, anglais et espagnol. Le film ne possède ni la profondeur, ni l’originalité des productions Pixar – et notamment du récent dessin animé Inside Out que l’on ne saurait trop vous conseiller – mais The Minions, avec son sens du timing et du gag, est bien le film le plus drôle de l’été.

Robin Williams, une dernière fois

Décédé le 11 août 2014, l’acteur américain Robin Williams est à l’affiche de son dernier film, Boulevard. Sa présence est bien sûr l’attraction principale de ce drame, dans lequel il interprète un père de famille qui s’ennuie dans son mariage et son travail, et dont la vie bascule lorsqu’il se lie d’amitié avec un jeune prostitué.

L’acteur américain, présent sur tous les plans, démontre, une dernière fois, sa capacité à jouer aussi bien dans des comédies loufoques que dans des films graves.

Boulevard a tendance à arracher un peu trop les larmes, mais l’originalité du scénario et les performances de ses acteurs principaux en font une réussite.

Self/Less, une bonne idée gâchée

Voilà l’archétype du film qui ne dépasse pas la promesse de son scénario. L’histoire aurait pourtant pu faire un film fascinant : un riche homme d’affaires, atteint d’un cancer en phase terminale, voit son esprit transféré dans le corps « vide » d’un beau jeune homme. Malgré les rebondissements à foison, le rythme est trop inconsistant et la plupart des scènes trainent en longueur. La faute aux dialogues, parfois métaphysiques et souvent ridicules.

Quant aux acteurs – Ryan Reynolds et Ben Kingsley – ils n’apportent aucune épaisseur à des personnages déjà bien lisses. Bref, un thriller à éviter. Si le thème de l’immortalité vous intrigue, autant revoir Bienvenue à Gattaca, The Fountain ou The Man from Earth.

USA IMMO CLE