Bientôt besoin d’un visa pour les touristes français aux USA ?

Accueil/Edition Nationale/S'intaller aux USA/Immigration USA/Bientôt besoin d’un visa pour les touristes français aux USA ?
160202_ad_Markowicz_fine_art_728x90

Chaque année, le Visa Waiver Program (VWP) permet à 20 millions de visiteurs issus de 38 pays partenaires de voyager aux USA, sans passer par un consulat ou une ambassade mais simplement en s’acquittant du fameux ESTA. Un « privilège » qui pourrait bientôt s’arrêter.

Prise d'empreinte aéroport USA

38 partenaires du Visa Waiver Program

Les ressortissants de 38 pays riches qui peuvent aujourd’hui jouer les touristes aux USA en remplissant seulement un ESTA avant leur voyage, pourraient bientôt avoir à montrer encore plus patte blanche, voire à faire une demande de visa pour voyager outre-Atlantique. C’est en tout cas la bataille qui se joue actuellement à Washington D.C.. Suite aux attaques de Paris du 13 novembre 2015, l’administration américaine a annoncé, le 30 novembre dernier, une série de mesures visant à renforcer les contrôles des visiteurs étrangers avant, pendant et à l’arrivée de leur voyage aux USA, afin d’empêcher la venue de terroristes, de criminels et d’autres individus potentiellement dangereux.

Comment fonctionne le Visa Waiver Program

L’ESTA, indispensable pour voyager aux USA

Avant de voyager aux USA, touy le monde doit recevoir une approbation de son Electronic Systeme for Travel Authorization, communément appelé l’ESTA, par le Department of Homeland Security (DHS). La majorité des voyageurs des pays de l’Union Européenne, comme la France, la Belgique, l’Allemagne, le Portugal, mais aussi d’autres comme la Suisse ou la Nouvelle-Zélande, n’ont ainsi pas besoin de se rendre dans un consulat ou une ambassade américaine pour se faire tirer le portrait et prendre les empreintes digitales avant de franchir les frontières américaines.

Le visa B-1 en cas de refus de l’ESTA

Les éléments biographiques transmis au DHS sont ensuite croisées avec les bases de données des services de renseignements pour vérifier que ceux qui entreprennent un voyage aux USA ne représentent ni une menace pour la sécurité du pays ni pour l’application du droit américain. Sans approbation de leur ESTA, les voyageurs dépendant du VWP doivent se rendre en personne pour une entrevue à l’ambassade pour tenter d’obtenir un visa B-1, avant d’être éventuellement autorisé à voyager aux USA.

De nouvelles mesures pour le Visa Waiver Program

Renforcement des contrôles du Department of Homeland Security

« En accord avec le Département d’Etat et de l’Intérieur, le DHS adapte continuellement les conditions du Visa Waiver Program en fonction des menaces existantes », souligne un communiqué de presse de la Maison Blanche. En novembre 2014 par exemple, de nouvelles demandes d’information sont venues s’ajouter au questionnaire à remplir lors de la demande d’ESTA. Suite aux attaques de Paris du 13 novembre 2015, les USA ont décidé de modifier les modalités de la demande d’ESTA. Objectif : récupérer des informations sur les voyageurs qui se seraient rendus dans des pays constituant « des refuges terroristes ».

Réévalutation des pays partenaires

D’ici à deux mois, le DHS et le Secrétariat d’Etat, avec l’aide du FBI, entendent réévaluer l’examen des pays partenaires du programme VWP. L’administration américaine veut ainsi identifier ceux qui ne coopèrent pas, éventuellement, suspendre l’émission de nouveaux ESTA ou leur renouvellement pour les citoyens de ces Etats et, forcer de la part de leurs partenaires l’échange de renseignements pour mieux sécuriser les frontières, sous peine de sanctions.

Les aéroports étrangers dans le viseur de l’administration américaine

Autre mesure pour l’instant au stade de réflexion : « L’identification de programmes pilotes visant à évaluer la collecte et l’utilisation de la biométrie (empreintes digitales et ou photographies) dans le VWP pour augmenter efficacement la sécurité », ajoute le communiqué. Enfin, les amendes pour les transporteurs aériens qui ne parviennent pas à vérifier les données du passeport du voyageur, les fameuses APIS (Advance Passenger Information System), pourraient être augmentées de 5000 $ à 50 000 $.

Des contrôles du Visa Waiver Program renforcés aux aéroports de départ

L’administration travaille aujourd’hui avec le Congrès pour renforcer les modalités du Visa Waiver Program :

  • en améliorant, grâce aux données croisées du VWP et d’Interpol, l’identification des individus qui voyagent dans des zones de conflit, s’entraînent ou se battent au sein d’organisations terroristes,
  • en incitant les pays partenaires du VWP à partager leurs informations recueillies aux frontières,
  • en élargissant les programmes de pré-contrôle des douanes et des agents d’immigration dans les aéroports étrangers avant le départ, pour inclure par exemple la possibilité d’inspecter les passagers, leurs bagages et la collecte d’informations biométriques (DHS’ Customs and Border Protection (CBP) Preclearance Program). Le CBP est en négociation avec les aéroports de sept pays participants au VWP (Belgique, Japon, Norvège , Pays-Bas , Espagne, Suède et Royaume-Uni).

Des mesures qui inquiètent les professionnels du tourisme aux USA, notamment le surcoût potentiel pour les voyageurs, l’impact sur leur départ, ainsi que les relations diplomatiques.

Rand Paul veut limiter l’accès des francais aux usa

neveo
By | 2017-04-01T11:38:09+00:00 2 décembre, 2015|Categories: Immigration USA|Tags: , , |

About the Author:

Anaïs Digonnet
Journaliste installée à New York depuis 2010, elle aime prendre le pouls de la ville à travers ses rencontres avec ceux qui y vivent. Surtout si cela se passe dans le Queens et à Harlem, ses deux quartiers favoris pour leur grande diversité culturelle. Avec une petite préférence pour les interviews de chefs et autres amoureux de la gastronomie...Véritable guide, elle a rejoint French Media pour vous faire découvrir New York comme personne !

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour recevoir toute l'actualité sur les USA